Grimpée de Montaud

Changement de discipline ce matin à St-Quentin-sur-Isère, au départ de la grimpée chronométrée de Montaud. Habituellement courue en même temps que les Cimes du lac d’Annecy, cette année l’épreuve savoyarde a été avancée fin-août ce qui me permet de participer à cette montée que je connais par cœur. Je m’y entraîne très souvent le soir en semaine donc en connais le moindre mètre : fatigué en cette fin de saison mais confiant en mes capacités je suis concentré juste ce qu’il faut au départ, dans une atmosphère sèche mais fraîche et sur des routes humides après la pluie abondante du samedi soir.

Grimpée de MontaudDerrière le favori Mickaël Gallego ça risque de se jouer à la seconde avec un beau plateau de spécialistes : je mets tous les atouts de mon côté afin de chasser le moindre watt (même à 20 km/h ça compte un peu 🙂 ) : combinaison, surchaussures, vélo allégé au maximum sans bidon ni nécessaire de réparation… L’échauffement est sérieux pour une mise en action rapide à 9h40 précises : avec un CP20 à 353 W, l’objectif est de maintenir 350 W moyens sur les 22′ estimées d’ascension, accélérant si possible à la fin. De suite dans l’allure les jambes répondent parfaitement au-dessus de St-Quentin : la pente douce me permet de tourner les jambes à 100 tours/minutes et 5,8 W/kg, parfait.

Le premier passage difficile intervient après quelques minutes d’ascension : je le franchis sans coup férir debout sur les pédales, avant de progresser assis et de nouveau en souplesse jusque sous la falaise. On approche gentiment de la mi-course, je double quelques coureurs partis devant moi tout en respectant la puissance cible. Logiquement les jambes commencent à toxiner, mais je tiens bon dans la dernière rupture de pente à Colombière. Au-delà des 6 W/kg je me rassois et pioche légèrement dans la forêt qui suit et m’amène à la crèche : on approche de la flamme rouge et du money time.

Grimpée de MontaudEn retard sur mon meilleur chrono je relance fort au kilomètre (6 W/kg), pour finir au sprint le dernier virage. Petite surprise à l’entrée du village, puisque la ligne est située une centaine de mètres plus loin 😛 Je lâche tout et coupe la ligne en 21’54”, meilleur temps provisoire. Avec 355 W moyens (5,9 W/kg) et moins de 22′ l’objectif est rempli, bien que je reste en-deçà de ma performance de 2013 (guère comparable, car réalisée en peloton). Cela m’offre le meilleur temps provisoire, en attendant le passage des meilleurs (entre 11h et 11h30). L’attente est longue, seuls deux coureurs parviennent à me devancer : Guillaume Rostalski pour 10″ de mieux et l’inévitable Mickaël qui l’emporte en 19’40” (nouveau record de l’épreuve).

Derrière ça s’empile : Jérémy Brunello est mon plus proche poursuivant à 3″, suivi de Joris Ronflet, Jérôme Giraud, Alexandre Chibko, Florian Giboin… Le tout en moins de 20″ ce qui promet une sacrée empoignade à la grimpée des Mille Martyrs ; où ça jouera forcément tactique avec un départ groupé 😉

Résultat(s) : Grimpée de Montaud

4 réflexions au sujet de « Grimpée de Montaud »

  1. Env 30/40w entre de l’individuel et du groupé quand ça grimpe à ces vitesses là. C’est l’ordre de grandeur que j’avais en tête…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *