Mont Aunos

Pour ce troisième jour de randonnée, nous retournons à St-Dalmas-le-Selvage, pour monter au Mont Aunos. Avec 2514 m d’altitude pour 1000 m de dénivelé (voir topo), nous restons dans la moyenne des précédentes courses. Le ciel est un peu plus voilé ce matin, mais le temps toujours aussi agréable.

La montée suit la majeure partie d’une piste de ski, un chemin verglacé pas très pentu. Après une bonne demie-heure d’ascension, nous coupons à travers les arbres, pour faire la trace dans une neige étincelante sous les premiers rayons du soleil. Le décor est enchanteur, et seul le crissement des skis dans la pente se fait entendre. L’accroche parfaite rend la progression très efficace ; ce sont vraiment les conditions que je préfère. La neige très légère augure d’une descente dantesque tout à l’heure…

Mont AunosAprès avoir traversé plusieurs fois l’ancienne piste de ski, nous terminons l’ascension au milieu des mélèzes, sans un souffle de vent. L’endroit est vraiment très bien abrité, et si la majorité du groupe s’arrête à la première corniche, avec un collègue nous continuons plus haut, afin d’en profiter encore un peu :-). Une corniche supplémentaire, puis deux… nous arrêtons là, pour ne pas mettre en retard le reste du groupe qui se prépare à descendre.

Le point de vue est magnifique ; le temps de prendre quelques photos et nous descendons prudemment dans les arbres, à distance respectable de la corniche longée à la montée. Nous rejoignons rapidement nos compagnons, éparpillés dans les sapins. La neige est fantastique à l’abri de la végétation ; chaque virage envoie des gerbes de neige scintillante dans une pente contenue… Un vrai plaisir à skier ! Plus bas la pente est plus raide, et la neige se fait plus lourde, bien que profonde (jusqu’aux genoux à certains endroits). Je dois me concentrer pour suivre les meilleurs skieurs du groupe qui slaloment dans la forêt de plus en plus dense, en prenant garde aux rochers recouverts par la neige.

Ce grand moment de ski terminé, il est temps de retrouver le chemin glacé pris un peu plus tôt, et de revenir au point de départ. Au total 4h00 de randonnée, peu exposée mais très belle ; ça va encore faire d’excellents souvenirs, d’autant que côté physique, toujours rien à signaler (malgré mes genoux plutôt fragiles).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *